L’acteur public est-il voué à perdre la guerre face à l’appétit d’acteurs privés « sans foi ni loi » ? Rien de moins sûr, si l’on en juge de l’évolution des règles du jeu entre autorités locales, secteur privé, partenaires financiers et société civile.