D’un modèle tutélaire, la justice des mineurs s’oriente depuis les années 70 vers un modèle privilégiant davantage la réparation. Une tendance à la judiciarisation qui tend à faire oublier la responsabilité éducative de la société.